Improvisons autour de l'Agilité

de l'agilité, de la gestion de projets et de l'improvisation!


Poster un commentaire

L’atelier d’improvisation du mercredi 3 Avril 2013

Nous nous sommes retrouvés à Chartres de Bretagne ce mercredi pour l’Atelier d’Improvisation de la Tique. Le coach du soir était Erwann C.

Voilà les différents exercices et les improvisations que nous avons faits.

Desproges

  • Les exercices

L’ambassadeur

Le principe est simple:

Les participants se séparent et créent deux équipes.

Le coach a dans sa main une liste de mots sur un thème précis. Ce soir, le thème était « Les départements, Régions ou chef-lieux ayant un homonyme dans le langage courant ».

Un « Ambassadeur » est désigné par chaque équipe pour commencer. Le coach murmure aux deux Ambassadeurs le premier mot à faire deviner.

L’objectif des équipes est donc de trouver tous les mots de la liste le plus vite possible! Attention c’est un jeu de mimes, les « Ambassadeurs » ne parlent pas. Tout est permis sauf la parole.

Quand un membre de l’équipe trouve le mot, il devient l’Ambassadeur et court demander le prochain mot au coach.

Voilà quelques uns des mots de ce soir :

le Gard = une Gare 

le Lot = la lotte

la Somme = une somme

Rennes = un renne

Vannes = une vanne

l’Aube = l’aube …

Bref nous… on a encore perdu! On a bloqué sur l’Aube puis Vannes.

Occupation de l’espace avec péripéties

Même exercice que la semaine dernière.

J’observe les autres et j’adapte mes trajectoires, je change régulièrement de direction et de rythme.

Ce soir quand le coach annonce:

  • « Un »:  les participants doivent accélérer.
  • « Deux »: les participants reprennent leur allure normal.
  • Tape dans les mains: les participants se figent.

Même exercice, mais cette fois-ci les participants se mettent par deux. Ils doivent se suivre parallèlement en permanence tout en respectant les annonces définies précédemment.

Duo

La Statue

Toujours dans l’espace, le coach appelle un participant. Tout le monde se fige . La personne appelée désigne alors un(e) camarade comme « sa » statue et la façonne.

Le coach pose ensuite des questions à « l’artiste » pour avoir des détails sur la réalisation de sa statue. La statue est ensuite déplacée sous le contrôle de l’artiste avec l’aide de l’ensemble des participants.

statue

Le rôle de la « Statue » est très important. Si l’ « Artiste » est un peu trop excentrique et bavard de surcroît, la statue peut se retrouver dans des positions compliquées… surtout au moment du déplacement.

Cet exercice demande de la spontanéité de la part de l’ « Artiste » et beaucoup d’attention des autres participants surtout au moment du déplacement.

La rumeur déformée

Exercice dans l’espace. Un participant annonce une rumeur (Appel à la créativité). Un second participant va alors modifier la rumeur en ajoutant un détail supplémentaire. Au bout de 3-4 rumeurs et quelques déformations, l’objectif est de réutiliser l’ensemble des informations apportées à chaque déformation et les remixer sans en ajouter de nouvelles.

Attention, les gens réfléchissent…donc on tourne en rond! On constate aussi que si les personnes hésitent ou réfléchissent pendant qu’elles annoncent une rumeur, le volume de leur voix souvent baisse. Il faut arriver à garder le même volume d’élocution.

Un des objectifs de l’exercice est de réussir à manipuler l’information déjà communiquée pour la ressortir dans un autre contexte.

J’ai beaucoup aimé cet exercice car il associe aux mouvements, de la réflexion. On retrouve souvent ce genre de configuration en improvisation. Il faut être capable de penser en action, capable de s’adapter aux autres! Il faut être « Agile »!

Le « Oui et… »

Les participants sont en cercle.

Une personne « A » commence par une phrase anodine. La personne « B » sur sa droite reprend le dernier détail de la phrase en regardant « A » et construit une nouvelle phrase qui commencera par « Et je sais même que ». La personne « C » reprend le dernier detail de la phrase de « B » et construit une nouvelle phrase (« Et je sais même que ») en regardant « A »… et ainsi de suite.

Oui et

Le Hi-haaaaaaa

Ce jeu permet de donner de l’énergie à l’ensemble du groupe. On le retrouve souvent en début de cours et avant les matchs/cabarets d’improvisation.

J’ai fait un « dessin » pour essayer d’expliquer ce jeu. Il faut le voir comme une vague. Le premier lance un HI-HA vers la gauche (ou la droite): il fait le geste (voir « dessin ») en criant Hiiii-Haaaaa.

Son voisin a plusieurs options, il refait le même geste (qui passe le hi-ha à son voisin) ou un Ha-Hi (fait sauter son voisin, le hi-ha est repris par le voisin suivant) ou un « Hold-On » qui change le sens de la vague. L’objectif étant de sentir cette énergie passer de participant en participant.

Le Hi-Ha

  • Les improvisations de la semaine

La première improvisation: 5 participants. Une personne se positionne au centre et commence son histoire. Elle doit intégrer les autres personnes une par une dans son improvisation.

Les thèmes était: Le journal de Marguerite, Il y avait un trésor à l’intérieur, Délocalisation générale, Pêche miraculeuse.

La seconde improvisation: 2 participants : Un des deux participants lit un texte qui impose le thème (exemple: Don Juan, textes Québecois), le coach a donné en parallèle à l’autre participant un sentiment à développer. Les deux participants doivent construire une improvisation avec ces deux contraintes.

Ces deux types d’improvisation sont très enrichissantes. Ce que j’ai retenu : Prendre un sentiment permet d’entrer dans une improvisation sans avoir construit un personnage complet.

« c’est tout pour aujourd’hui… et c’est déjà pas mal »!

Merci à toutes et à tous pour ce superbe atelier!

S.


Poster un commentaire

Cabaret d’improvisation théâtrale concept de la Tique, le 12 avril : « La Clef des songes »

La Tique, la troupe où je fais du théâtre d’improvisation à Chartres de Bretagne (à coté de Rennes), organise chaque année un nouveau concept.

Cette année, le thème est « La clef des songes ».

Pour résumer : Concept d’Improvisation Théâtrale au Knock  (Rennes) organisé par La Tique, le Vendredi 12 Avril 2013 à 20h30. Pensez à réserver!

Mon avis: les concepts sont vraiment de bons spectacles à vivre car toute l’équipe s’efforce de créer un univers où le spectateur participe (est acteur par sa tenue) et profite.

cabaret concept 12042013- la Tique

 Ci-joint le teasing…

Chers fanatiques ,

  • Si vous avez des rêves d’enfants,
  • Si vous êtes un éternel rêveur
  • Si vous rêvez éveillé, au travail, à l’école, à l’université, chez vous,
  • Si vous faites des cauchemars la nuit,
  • Si vous avez des rêves prémonitoires,
  • Si vous ne vous souvenez pas de vos rêves,
  • Si vous ne rêvez pas du tout,

… ce Cabaret est fait pour vous !!!

Icélus dieu des rêves vous accueille dans son cabinet pour un voyage sans précédent dans l’histoire de l’improvisation théatrale.
Avec ses associés, il vous transportera au plus profond de votre inconscient pour explorer les histoires les plus émouvantes, amusantes, invraisemblables et frissonantes.
Vous allez partir dans un univers Onirique, dont vous ne voudrez plus revenir.

Le cabinet d’Icélus ouvrira pour une séance le vendredi 12 Avril à 20H30 au Knock Bar, à Rennes. (48, Rue de St Brieuc)

Dépêchez-vous de réserver vos places, celui-ci n’accueille pas plus de 55 personnes pour cette séance.

N’oubliez pas … d’apporter un vêtement ou un objet, qui vous fait rêver, ou qui vous donne des cauchemars.

Envoyez vite votre réservation à :      la.tiquedeboreales@gmail.com

« C’est tout pour aujourd’hui, mais c’est déjà pas mal! »

S.


Poster un commentaire

L’atelier d’improvisation du mercredi 27 Mars 2013

Nous nous sommes retrouvés à Chartres de Bretagne ce mercredi pour l’Atelier d’Improvisation de la Tique. Le coach du soir était Erwann C.

Voilà les différents exercices et les improvisations que nous avons faits.

Coluche

  • Les exercices

L’ambassadeur

Le principe est simple:

Les participants se séparent et créent deux équipes.

Le coach a dans sa main une liste de mots sur un thème précis. Ce soir, le thème était « Les Faux-Amis Québec-France ».

Un « Ambassadeur » est désigné par chaque équipe pour commencer. Le coach murmure aux deux Ambassadeurs le premier mot à faire deviner.

L’objectif des équipes est donc de trouver tous les mots de la liste le plus vite possible! Attention c’est un jeu de mime, les « Ambassadeurs » ne parlent pas. Tout est permis sauf la parole.

Quand un membre de l’équipe trouve le mot, il devient l’Ambassadeur et court demander le prochain mot au coach.

Voilà quelques uns des mots de ce soir : Cannes = Conserve ; Camisole = Débardeur ; Suçon = Sucette; Espadrille = Basket; Char = Voiture…. Bref nous… on a perdu!

Occupation de l’espace avec calcul mental et autres péripéties

La chose semble simple, il faut se déplacer dans la salle pour occuper un maximum l’espace. La plupart du temps les gens tournent en rond. Il faut prendre les espaces libérés par les autres.

J’observe les autres et j’adapte mes trajectoires, je change régulièrement de direction et de rythme.

Pour agrémenter l’exercice, le coach a ajouté ce soir quatre contraintes:

  • Quand le coach tape une fois dans les mains, nous devons nous arrêter.
  • Quand le coach tape deux fois dans les mains, nous devons serrer la main de la personne la plus proche de nous.
  • Quand le coach tape trois fois dans les mains, nous devons nous accroupir.
  • Nous devons en plus compter de 8 en 8 jusqu’à 80. Un seul participant doit annoncer un chiffre. Si deux participants parlent en même, on reprend au début.

L’intérêt de cette exercice reste le même: pousser les gens à se regarder, à s’écouter, à anticiper les réactions tout en nous mettant « en tempête » (stimulation des interactions).

Plus simplement, il permet aussi de se chauffer en début de cours tout en créant de la bonne humeur.

Le Pan

Pour vous expliquer, je préfère un petit dessin.

Cercle

Pan

Une fois les participants en cercle, lorsque le coach crie « Julie » .Le Pan qui tue! Le jeu fait interagir la personne appelée et les deux personnes qui sont à coté.

Julie doit se baisser.

Jacques et Yvan, ses voisins dans le cercle, doivent pointer un pistolet virtuel dans la direction de Julie et crier « Pan! ».

Si Julie ne se baisse pas…

Si Jacques ou Yvan ne se tournent pas vers Julie ou ne crie pas « Pan! »…

Il y a un éliminé.

Imaginons que Jacques est éliminé! et le coach rappelle « Julie », ce sera au tour de Paul avec Yvan de réagir!

A la fin deux personnes gagnent!

Le Jeu peut être complexifié en ajoutant une contrainte: Chaque joueur porte le nom de son voisin de droite. Yvan sera donc Julie, Hakim sera Yvan, Julie sera Jacques… et si le coach appelle « Julie » (Encore!!!), ce sera à Hakim et Julie de tirer vers Yvan!! Une promesse… les cerveaux chauffent et la bonne humeur s’installe.

Je trouve ce jeu très intéressant pour apprendre à se connaître. Il permet de manière ludique de mémoriser le nom des gens avec qui on joue.

Mise en tempête

Les participants se mettent en cercle. Une personne se met au centre. De manière très rapide, toutes les personnes du cercle peuvent rentrer quelques secondes (une par une) pour créer une situation qui va pousser la personne au centre à adapter son comportement, sa voix et son discours.

Du docteur, à l’école, en passant par la cuisine,  une arrestation, une situation au moyen-âge, se retrouver dans l’espace…. tout y passe.
La personne au centre du cercle reçoit de l’énergie de la personne qui rentre, il doit la sentir et jouer avec.

Imaginez votre personnage

Pendant trois minutes, tout en occupant l’espace, les participants imaginent chacun un personnage. Au bout des trois minutes, le coach va poser des questions directes et rapides à chacun des personnages. « Où habitez vous? », « Quel est votre adresse? », « Quelles sont vos passions? », « Quels sont vos défauts? », « Avez vous des amis? ».

Ce soir, nous avions Marie Thérèse la femme de Ménage, Gontran le banquier, Marcus le pilote intergalactique, Humbert le chevalier, Un égyptien dont j’ai oublié le nom, une lycéenne, un mexicain top modèle… Une bonne bande de joyeux lurons!

Bop Billy Bop Bop Bop

Tout le monde se met en cercle et une personne se met au centre. La personne au centre doit réussir à déstabiliser une personne du cercle pour prendre sa place. Il va donc pointer une personne du doigt et crier le plus vite possible « Bop Billy Bop Bop Bop » (ça demande un petit entrainement) et la personne doit absolument placer « Bop » avant qu’il est fini. Si par contre la personne du centre pointe et crie « Bop », la personne du cercle ne doit cette fois rien dire. On peut ajouter des histoires d’avion, de bobsleigh… que je décrirai une autre fois.

Bop

Ce jeu stimule l’écoute et la concentration tout en favorisant la bonne humeur.

  • Les improvisations

Les improvisations ce soir sont basées sur les personnages décrits plus haut (Imaginez votre personnage).

La première improvisation : sur un thème donné par le coach – le nombre d’improvisateurs  est de 4-5.

Chaque participant, dans un ordre libre (jouant chacun son personnage), va s’assoir sur la chaise face-public pour démarrer puis faire avancer l’improvisation.

Exercice difficile, car il faut être capable de donner des pistes aux autres improvisateurs pour qu’ils puissent intégrer l’histoire et savoir reprendre certaines pour permettre au public de reconnecter les choses.

Il faut savoir utiliser les prénoms, les informations déjà données pour dynamiser l’improvisation (qui n’est pas forcément très dynamique avec 1 improvisateur à la fois sur scène).

Ce soir, deux thèmes: « Il y a un cadavre dans le placard » et « le tableau du premier étage a disparu« . Ça donne un pilote intergalactique qui regarde des vidéos de sa famille et un policier qui découvre un voleur de tableau égyptien… tout un programme!

La seconde improvisation a été globale (tous les personnages pouvaient jouer).

Deux personnages centraux ont été désignés au début, le mexicain beau-gosse et Birgitte la timide!

Le coach sépare la scène en trois parties et crée trois lieux: une réception d’hôtel, un lieu de vie et un avion.

Ces différents lieux permettent lorsque l’improvisation s’embourbe de faire intervenir des pompiers (ceux qui ne jouent pas!) qui vont couper l’improvisation en cours  et créent une nouvelle dynamique sur une autre partie de la scène.

La réception de l'hôtel

La réception de l’hôtel

L'avion

L’avion

Première fois que nous faisions une telle improvisation. Elle a duré 15 minutes. J’ai beaucoup aimé l’exercice mais ça n’a pas été simple du tout. Certains ont même réussi à se retrouver sans plus rien n’avoir à dire!Cocasse!

Voilà,« c’est tout pour aujourd’hui… et c’est déjà pas mal »!

Merci à toutes et à tous pour ce superbe atelier!

S.


Poster un commentaire

Cabaret d’improvisation de la Tique – 29 Mars 2013

Il y a différents types de spectacle d’improvisation: Le match d’improvisation, le catch d’improvisation et le cabaret d’improvisation.

  • Le match d’improvisation oppose deux équipes dans une patinoire (sans glace). Un arbitre est présent ainsi que ses suppléants. On va retrouver tous les codes du Hockey sur glace (L’improvisation vient du Québec!). Les équipes et les arbitres portent des maillots de Hockey. Un palet est utilisé par l’arbitre pour départager les équipes. Le public vote à chaque fin d’improvisation et peut envoyer les chaussettes qui se trouvent sur sa chaise au début du spectacle (ou chaussons au Québec… un peu violent tout de même) sur l’arbitre pour exprimer son mécontentement (il n’est pas toujours tout blanc!).  On compte les points. Très important pour l’organisation du match, on retrouve le MC (Maître de Cérémonie).
Match Mixte en couple

Match Mixte en couple (Photo credit: Tonio Vega)

  • Le catch d’improvisation oppose deux équipes de deux improvisateurs (Les catcheurs!!!) qui s’affrontent dans un « ring ». La différence réside dans le fait que les sujets sont proposés par les spectateurs.
Catch - L'imprévisible week-end

Catch – L’imprévisible week-end (Photo credit: a.bossard)

  • Le cabaret d’improvisation  est un spectacle organisé avec une seule équipe d’improvisation (5 à 6 improvisateurs). Il est plus léger en terme d’organisation que le match. Il y a un MC qui fait aussi office d’arbitre. Bien entendu les improvisateurs n’ont pas conscience des thèmes des improvisations à venir.

La troupe où je fais de l’improvisation théâtrale organise justement un cabaret, vendredi prochain le 29 Mars 2013 à la La Quincaillerie Générale (liens google map). Si ça vous dit, n’hésitez pas!

affiche QG du 29 mars

S.


Poster un commentaire

L’atelier d’improvisation du mercredi 20 Mars 2013

Nous nous sommes retrouvés à Chartres de Bretagne ce mercredi pour l’Atelier d’Improvisation de la Tique. Le coach du soir était Erwann C.

Voilà les différents exercices et les improvisations que nous avons faits.

Yvan Ponton, arbitre de la LNIPhoto: Martin Chamberland, La Presse

Yvan Ponton, arbitre de la LNI
Photo: Martin Chamberland, La Presse

  • Les exercices

Occupation de l’espace avec répulsion, filature et jeu de confiance

A chaque entrainement, un des premiers exercices consiste en une occupation de l’espace. La chose semble simple, sauf que la plupart du temps les gens tournent en rond. En improvisation, une bonne occupation d’espace est une bonne clé pour réussir son improvisation. L’idée est donc d’occuper l’espace en prenant les espaces libérés par les autres. Je travaille donc mon interaction avec les autres, j’observe et je m’adapte.

Pour agrémenter l’exercice, le coach ce soir a ajouté trois contraintes.

La première est une notion de répulsion. L’idée est d’identifier un participant qui aura (le temps de l’exercice) un effet répulsif.  Dans notre occupation de l’espace, l’observation est donc stimulée par ce nouveau paramètre car nos trajectoires doivent changer dès que l’on rencontre le fameux personnage… Apparaissent alors des mouvements cocasses surtout quand deux participants se sont mutuellement identifiés.

La seconde est une notion de filature. Cette fois-ci, il faut identifier une personne que l’on va suivre le plus discrètement possible (garder la personne dans son champ visuel) sans se faire repérer tout en occupant bien sur l’espace. A la fin de l’exercice, tous les participants essaient d’identifier (si possible) leur(s) poursuivant(s). Je vous laisse imaginer ce qu’il se passe quand deux personnes se sont mutuellement identifiées.

La troisième est une notion de confiance. Dans l’espace, une personne va décider de faire confiance à l’équipe. Elle va donc lever son bras et une seconde plus tard lentement tomber en arrière. L’équipe voit la personne lever son bras, va donc se regrouper le plus vite possible derrière la personne pour la soutenir… ou la rattraper.

Rubgyrama.fr

Rubgyrama.fr

Personnellement, j’aime ces exercices d’occupation d’espace car ils stimulent l’attention, créent de la bonne humeur et de la cohésion. Il n’y a pas de communication orale et c’est le corps qui parle… c’est vraiment sympa!

L’énergie à conserver

Cet exercice se fait en cercle. Un participant commence une improvisation (le thème n’est pas  forcément imposé). Cette improvisation a une certaine énergie. L’objectif de l’exercice revient pour les autres participants à couper la parole à la personne qui parle pour continuer l’improvisation avec  la même énergie.

Couper n’a pas de sens négatif. L’objectif est aussi d’aider le camarade qui généralement s’essouffle.

Garder l’énergie est quelque chose de très important en improvisation. Elle créé du rythme et de la cohérence.

Cercle construction - Ian Parizot

Cercle construction – Ian Parizot

Le Bras lancé (ou … NDR il porte un autre nom)

L’ensemble de l’équipe se met en cercle.  L’objectif de cet exercice est de travailler l’association d’idée. Chaque participant devra donner un mot en association avec le mot proposé par son camarade de droite. Pour créer du rythme, tous les participants lèvent et descendent un bras au même rythme. Le mot se dit quand le bras est levé. Si un mot ne sort pas (ça arrive et c’est normal), le suivant dans le cercle continue au prochain « bras levé ».

L’intérêt de cet exercice est lié au fait qu’improviser revient à ne pas faire de plan. On prend la première idée qui vient et on l’exprime. Dans l’exercice, on constate parfois que des mots sont lancés et ne sont pas connectés au mot précédent mais à ceux d’avant. Dans une improvisation, si on construit le plan de l’action dans sa tête, on va perdre des informations qui vont être données par les autres et on augmente le risque d’incohérence.

  • Les improvisations

Improvisation avec actions imposées par le coach

Deux personnes sur scène assis. Sujet divers et variés avec les personnes communicantes (discussion dans un bar, un frère et une sœur qui parlent d’un autre frère, des collègues de travail…).

Le coach donne des consignes pendant l’improvisation aux deux personnages (gratter la cuisse, répéter toujours le même début de phrase, se toucher les cheveux, appeler les gens par leurs prénoms).

A la fin de l’improvisation, le coach demande quelle personnalité avait les deux acteurs.

On constate que la gestuelle et les tiques variés permettent de caractériser les personnages. En tant que spectateur, les improvisations ont été très bien réussies.

Un lieu, un personnage

2 personnes sur scène et 2 pompiers ( personnes pouvant intervenir si l’improvisation stagne pour créer de la dynamique). Le coach donne en secret à un des acteurs un lieu et à l’autre un personnage.

Quand les acteurs se lancent, ils ne savent rien. Sans « Bonjour » qui doivent être supprimés en improvisation (Les personnes se connaissent toujours), les acteurs doivent arriver à se faire comprendre leurs informations.

Très bon exercice d’écoute et qui permet d’apprendre à laisser le « lead » à l’autre. La principale difficulté se trouve dans le fait de faire avancer l’improvisation. Bien entendu, le coach trouve des lieux qui ne sont absolument pas facile pour les personnages (une hôtesse de l’air dans une cage à lion, un top model Allemand dans une école, un clown dans un musée… )

Voilà c’est tout pour aujourd’hui… et « c’est déjà pas mal »! Merci à toutes et à tous pour ce superbe atelier!

S.

Lire la suite