Improvisons autour de l'Agilité

de l'agilité, de la gestion de projets et de l'improvisation!


4 Commentaires

Scrumday 2013, c’était le 11 avril à Paris chez IBM

Logo-Scrum-Day-20131-e1363986957348

J’ai pu lire un certain nombre de retours sur le Scrumday 2013. Je souhaitais aussi donner mon retour sur cette journée si enrichissante. Finalement je me suis dit… je vais mettre en ligne tous les liens vers les présentations du Scrumday que je pourrais trouver.

Il vous suffit de clicker sur les images pour retrouver soit la présentation si je l’ai trouvée (celle du scrumday 2013 ou une ancienne), soit un blog résumant la session, soit le site de l’auteur.

Key Note Robert RichmanExpérimentation de l'Agilité pour un grand projet scientifique spatial -CNESI feature Owner, 5 Product Owner, 5 Teams 4 Great ProductsValeur ajoutée - attention dangerDe la livraison continue dans mon organisationBoostez Scrum avec le Lean StartupAgile appliqué à toute l'entreprise REX sur le marché des paiements électroniquesPetits outils de facilitation à l'usage des honnêtes gens REX Forfait AgileCoach aidez-moi à marcherjamais sans mes Scrum ButsIndiana Jones et le templs legacy OMG mon équipe fait son haka en Kanban Stylefaire émerger les spécificationsl'Agilité selon Starcraft2Un projet facturation sans impacts IT Jardinier AgileAgile unlimitedThe storrytelling battleTout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les entreprises auto-organisées (sans avoir à essayer vous-même)Préparer son développement par les croquisObjectif Mars 2 - le jeu du sprint planningDDD & BDD Games - les principes essentiels par la pratiqueL'art d'avoir tortPerdus dans le désertLe proxy PO-Superman j'ai la patateEscapade au pays du backlogConstruisons un moteur de rechercheMon DSI veut un indicateur sur l'agilité Cadeau ou PoisonUn projet facturation sans impacts IT

JEE, Agilité et Cloud-découverte d'un cocktail prometteur à travers une Sucess StoryKey Note Dominique Dupagne

Je vais continuer à chercher pour essayer de compléter l’ensemble du programme!

Bonne lecture!

« C’est tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal! »

S.

Publicités


2 Commentaires

Le dessin et la vidéo pour comprendre l’Agilité

Dans cet article, je souhaitais partager trois vidéos « dessinées » qui traitent de thèmes autour de l’Agilité. Ces vidéos m’ont parlé.

Par exemple, pour une introduction à Scrum, la première vidéo est vraiment excellente.

L’objectif de cet article est de montrer comme le dessin permet de faire passer des messages… retenus!

La Gestion de Produit Agile en deux mots

Voilà une vidéo de Henrik Kniberg traduite en Français par Florent Lothon (http://www.agiliste.fr) qui  présente le développement logiciel Agile du point de vue du métier.

J’aime cette vidéo car son rythme, la clarté des dessins, les enjeux présentés permettent de comprendre clairement et simplement comment s’organise un projet Agile autour d’une équipe Agile, du Scrum Master et les problématiques de son PO (Product Owner).

Merci à Florent Lothon (@lagiliste) pour la traduction.

The ‘X’ model of employee engagement – BlessingWhite © 2012

Vidéo de BlessingWhite pour comprendre le ‘X’  modèle :engagement des collaborateurs ( en Anglais).

Outside-In Perspective and the Agile Organization

Vidéo de Don Smith (International Process and Performance Institute) qui présente l’intérêt de l’organisation Agile (en Anglais).

Petit mot de la fin

Le dessin est un moyen efficace de faire passer de l’information. La connaissance transmise par ce biai reste à mon sens beaucoup plus ancrée dans nos cerveaux.

Au Scrumday, le 11 Avril dernier, j’ai  découvert un autre moyen de faire passer des messages et faire en sorte qu’ils soient retenus! J’ai participé à un atelier de « Storrytelling Battle » avec Oana Juncu et Pablo Pernot. L’objectif est d’apprendre à raconter des histoires.

En s’appuyant sur les médias (vidéos, dessins, sons) et le storytelling, j’ai la certitude que l’on marque bien plus les esprits qu’avec un discours/une présentation.

Je reviendrai sur cet atelier de « Storrytelling Battle très enrichissant dans un autre article.

« C’est tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal »

S.


Poster un commentaire

Jeudi 4 Avril 2013 – Ma soirée Lego4Scrum à la Cantine Numérique de Rennes

Légo4SCrum

Jeudi 04 Avril 2013, je me suis rendu à une soirée « Jeu » à la Cantine Numérique.

Notre objectif: construire une ville « bretonne » acceptable pour notre client du soir Aurélien Morvant (@AurelienMorvant) et Matthieu Barbereau (l’observateur).

Le principe: 5 équipes, énormément de Lego à première vue et une ville à construire.

Nous étions beaucoup pour cette session ludique ( 25 personnes au moins). Je ne livrerai pas ici les clés du jeu car il est important de le vivre pour en comprendre l’impact et trouver soi-même les ponts avec ce que nous vivons dans nos projets. Je vais dire une chose: la majorité des Français ont déjà joué aux Lego. Il y a donc un sentiment de maîtrise du savoir faire… exactement comme dans tous les projets. On pense savoir, ce qui fait qu’on n’échange pas assez avec son client pour savoir ce qu’il veut réellement faire… et on le fait!!! Erreur! C’est la clé de l’Agilité et donc ce jeu est parfait pour s’en rendre compte.

Je faisais partie de l’équipe « Pffffff » (le nom est aussi bon que notre productivité … on va dire qu’on a beaucoup appris).

Après une phase de présentation du contexte et des enjeux, nous devions (tout le monde ensemble) estimer les User-Stories en suivant la suite de Fibonacci (Outil souvent utilisé pour les estimations, il y en a d’autres).

Croissance de population des lapins selon une suite de Fibonacci

Croissance de population des lapins selon une suite de Fibonacci

En toute honnêteté, ce travail n’a pas du tout été collégial. Les fortes têtes ont rapidement pris les décisions pour tout le monde (Agile???). Finalement, la leçon à tirer: difficile sur un temps court d’estimer à 25 personnes. C’est bien pour cela que Scrum préconise une taille d’équipe de 7 ( + ou – 2).

Une fois les estimations finalisées, le client a classé toutes les User-Story en utilisant la technique MoSCoW :  (Must, Should, Could, Won’t ou Will) et y a associé de la valeur fonctionnelle (ou Business Value). On constate vite que certaines User-Stories ont été estimées « difficile » (8 ou 13 sur la suite) et finalement apportent peu de valeur fonctionnelle, inversement certaines considérées comme faciles apportent beaucoup: comme dans la vie finalement! Le rapport Complexité sur Valeur fonctionnelle est en permanence à observer et est un formidable levier de communication avec le client.

Les équipes se sont ensuite réparties les User-Stories en commençant par les « Must ».

Nous, les « Pffffff », nous avons pris la Mairie… et ça n’a pas du tout été facile.

IMAG1165Voila l’évolution de notre mairie au cours du jeu:

Mairie Bretonne

On a réussi à livrer aussi un « monument historique ».

IMAG1164

On a pas du tout été productif, mais j’ai vraiment le sentiment que notre équipe a su progresser vers plus d’Agilité. Nous nous sommes auto-organisés, nous avons appris de nos erreurs, les rétrospectives se sont aussi améliorées, la communication (interne et surtout externe) a été meilleure de sprint en sprint. Un vrai bon moment! Le seul regret a été de ne pas sentir l’impact des Scrum de Scrum (souvent décriés).

Voila quelques photos de la ville à travers les différents sprints du jeu.

Merci à Karine de la cantine Numérique, à Granit pour la Graphotec! Un merci tout particulier à Aurélien Morvant et Matthieu Barbereau pour l’organisation du jeu. J’espère pouvoir en animer un, un de ces quatre!

Les jeux sont un formidable moyen de faire sentir les choses. Alors JOUONS!

« C’est tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal! »

S.


Poster un commentaire

Mon ScrumDay : 11 Avril 2013

ImageJeudi 11 Avril aux aurores, je vais prendre la direction de la capitale pour rejoindre une conférence que j’attends depuis un moment: LE SCRUMDAY organisé par French Scrum User Group.

Voila une idée du programme que j’ai envisagé, il sera bien entendu adapté sur place. J’espère pouvoir faire un retour rapidement.

11h-11h45 –  Introduction au leadership tribal avec Florent Lothon (@lagiliste) – Salle Concorde:

Motiver une ou plusieurs équipes a toujours été un challenge pour un manager ou leader. Un challenge d’autant plus grand avec les nouvelles générations qui exigent – à juste titre – davantage du sens. Plus question d’exécuter une tâche – en particulier répétitive – sans savoir pourquoi. Plus question d’avoir le sentiment de n’être que l’engrenage d’une « machine », sans latitude pour exprimer sa créativité.

Dans cette session, nous ne traitons pas de management au sens strict (gérer un budget, un planning, un client, des « ressources humaines », etc) mais de leadership.

11h55-12h30 : Boostez Scrum avec LeanStartup avec Olivier Lafontan (@OlivierLafontan) – Salle Longchamp:

Dans le cadre de leur initiative de migration vers Scrum, la plupart des entreprises se focalisent uniquement sur la mise en place de l’organisation et des pratiques d’équipes: la distribution et l’attribution des nouveaux rôles, la création du Product backlog et son management, l’organisation et la facilitation des différentes cérémonies (Release Planning, Sprint Planning, Daily Stand Up, Sprint review, Sprint Retrospective). Ces entreprises portent également en général beaucoup d’attention aux graphiques de Burn Down (niveau Release et Sprint).

Cette approche permet de mettre en marche la machine Scrum du point de vue exécution et cela est très bien. Néanmoins, il reste une notion sur laquelle les expériences et les opinions varient: comment s’assurer que cette mécanique s’applique de manière systémique et systématique à la plus forte valeur ajoutée pour l’entreprise, à tout instant?

Cette session à pour but de démontrer qu’une approche Lean Startup appliquée à la gestion du portfolio d’une entreprise et couplée à des équipes fonctionnant en mode Agile permet d’obtenir ce résultat, car l’hyper productivité d’une équipe ne dépend pas seulement de sa capacité à faire du « meilleur travail », mais également de la valeur de ce qu’elle produit.

12h30-13h30 : Petits Outils de facilitation à l’usage des honnêtes gens avec Jean Claude Grosjean (@jcQualitystreet) – Salle Picpus:

FACILITER, cela consiste à aider un groupe, une ou des personnes, à apprendre, explorer, trouver des solutions, atteindre un consensus… Souvent négligée, la facilitation est pourtant une vraie discipline, désormais au cœur de nos activités en Entreprise. C’est dans un mode Show & Tell et sous forme de pattern (Problème, contexte, solution) que je vous invite à découvrir ces petits outils & techniques de facilitation si simples mais terriblement efficaces au quotidien. Vos retours d’expérience sur les techniques présentées seront encouragées. Vous connaissez tous le ROTI ou le Vote à 5 doigts, vous en découvrirez d’autres. Quelques tableaux ont été ajoutés par rapport aux sessions précédentes.

ou car il y a peu de places (15p)

12h45-13h30 : Agile unlimited avec Alex Boutin (@agilex) – Salle Concorde :

L’agilité est issue du monde du logiciel, c’est une certitude !

Est-ce pour autant une limitation, sous entendu que cela ne marcherait pas en dehors du logiciel … je ne le crois pas et je suis même certain du contraire.
Plusieurs techniques couramment utilisée dans les projets logiciels peuvent être réutilisées dans d’autres contextes avec des résultats particulièrement probants.
Cette session, à mi chemin entre retour d’expérience et conférence, vous permettra de comprendre les pratiques agiles utilisables avec efficacité et sans limitation.
Mais les techniques ne font pas tout, qu’en est-il de la culture de votre entreprise, est-elle «  »Agile Compatible » » ?

14h-14h15 : Naissance et mutation d’un kanban (Vidal) avec Agnès Fouquet (@DPFacybConseil):

L’agilité nous offre des outils de travail pour gérer efficacement les projets en entreprise. Mais en ce qui concerne les autres contextes IT (production, opération, …), de quoi disposons nous ? Ces outils sont ils directement utilisables ? Dans cette session, vous vivrez en accéléré un processus d’adaptation d’un kanban au sein d’une unité de production avec des implications assez inattendues.

14h30- 16h30: The storytelling battle avec Oana Juncu (@ojuncu) et Pablo Pernot (@pablopernot)  – Salle Tuilerie

Einstein a dit “Si tu ne peux pas expliquer simplement, ça veut dire que tu n’a pas compris”. J’aime revisiter cette citation pour lui donner une forme plus spécifique : “Si tu ne peux pas raconter aux enfants , ça veut dire que tu n’a pas compris”.

Notre cerveau réagit d’une manière plus efficace aux histoires qu’au déroulement des faits factuels. Ajouter de l’interactivité à une présentation ou expliquer des notions via des ateliers aide à faire comprendre , mais cela ne suffit pas. Nous aimons être les personnages d’une histoire, non pas les marionnettes, ce qui est souvent, ( pour la bonne cause) le cas dans les activités type atelier/jeu : Le facilitateur connaît l’histoire, les participants la découvrent en jouant.

Cette session sous format atelier propose de faire découvrir la puissance de la “représentation narrative” pour faire passer simplement et avec puissance les messages qui vous tiennent au coeur.

Après avoir construit et raconté plusieurs histoires sur des sujet liés à l’Agilité aux participants d’évaluer quelle sera la plus belle histoire ?

Déroulement :

Choisir un sujet Agile à présenter ( ex : TDD, Kanban, Integration Continue, Agile, Product Owner, Extreme Programming…? )

1ere Itération :

Former des groupes de max 8 personnes et les laisser faire leur présentation ( 15 min)
Par groupe présenter le sujet aux autres participants : un narrateur volontaire par groupe ( 5 min / sujet) : max 5 groupes . Idéalement dans cette phase j’aimerai avoir dans l’auditoire quelqu’un qui ne connaît rien au sujet.
Feed-back : 10 min.

2ème itération:

1. Présenter de techniques de narration (quelques techniques seront choisis lesquelles encore mettre en avance), par exemple pour raconter un sujet comme une histoire il faut : avoir des personnages qui on un problème qui mérite d’être résolu et le sujet de l’histoire les aidera la le résoudre ( 5 min)

2. Par groupe ( même groupes que pour l’itération 1 ) créer la narration (15-20 min) avec des techniques propres à la narration (storytelling) ( il faudra choisir les personnages, quel est leur problème, la motivation initiale pour agir, le chemin qui aide à le résoudre en racontant l’histoire qui est le coeur du sujet » ».
3. Par groupe présenter l’histoire : même configuration que pour la 1ère avec, de préférence, un ou plusieurs invités «  »novices » » au sujet ( max 5 min par groupe)

Feed-back : rétro : 10 min

Conclusions : 5 min.

17h15-17h45:Keynote de Dominique Dupagne « Agilité, Médecine et Société » – Amphithéâtre Descartes

Les méthodes Agiles sont nées d’une réflexion face à l’échec des méthodes traditionnelles de gestion de projet. Ce qui me frappe en tant que médecin, c’est de constater que le fonctionnement du vivant est très proche de l’Agilité. Le vivant cherche par tous les moyens à fixer le moins possible d’options, notamment lors de la naissance et de la croissance d’un organisme. Une des plus grandes surprises née du décodage de l’ADN humain à été le faible nombre d’informations qu’il contenait. C’est une boîte à outils qui ne contient en aucun cas le plan détaillé permettant de construire un corps humain. Le vivant qui est parvenu jusqu’à nous veille à garder le plus possible d’options ouvertes face à un client qui est tout simplement un milieu changeant et potentiellement hostile. Si le vivant a connu des systèmes organisés et minutieusement planifiés, ces derniers n’ont pas survécus à l’évolution darwinienne, à l’exception bien sûr de notre civilisation actuelle.Après quelques exemples précis d’agilité biologique, je parlerai des problématiques liés à l’organisation hiérarchique des groupes humains, alors que les valeurs de l’Agilité ne sont pas fondées sur des relations de pouvoir ou de valeur différentielles entre les acteurs. C’est sans doute la raison pour laquelle l’Agilité peine à essaimer au delà du développement : elle remet profondément en cause notre fonctionnement social. Même structurée par Scrum, l’Agilité reste très déstabilisante pour les organisations hiérarchisées avides de planification et de contrôle.
Et voilà… je pense qu’à la fin de cette belle et dense journée, j’aurais appris beaucoup et aurais encore plus de question!! N’est-ce pas le but?
« C’est tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal! »
S.
Albert-Einstein-Success-Value


Poster un commentaire

Agiliste, évaluez la culture de votre entreprise!

culture entreprise

Sur le site ScrumTurkey, j’ai trouvé un outil pour évaluer la culture de votre entreprise (basé sur le modèle d’évaluation de la culture de William Schneider – The Reengineering Alternative ) .

Schneider Culture Assessment

Cet outil permet de mettre en valeur différents éléments de l’Agilité en évaluant la culture d’une entreprise! Il amène simplement des discussions avec différents acteurs d’une société et permet de se fixer des objectifs, de se donner des idées pour une transition Agile. Bien entendu, comme le dit l’auteur, chaque entreprise a son propre vocabulaire et donc chacun adaptera ou ajoutera des mots dans le modèle si besoin.

Thanks to Barış Bal.
Pour information, voilà une description du modèle originel de W. Schneider.
Schneider-Culture-Model
« C’est tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal! »

S.


Poster un commentaire

Lean Pitch

  • Objectifs

Se mettre dans la peau de créateurs de startup. Créer un produit virtuel avec des mots imposés et essayer de le vendre à d’autres porteurs de projet.

  • Nombre de joueurs

10 à 20 participants.

  • Durée

Environ dix minutes: Deux itérations de trois minutes + les temps de la présentation, des votes et de la rétrospective.

  • Outils

Un paper-board, des feutres, des feuilles et des stylos.

  • Description:

L’organisateur demande aux participants de créer des équipes de 4-5 personnes puis demande à tous les participants de lui donner au hasard des mots (compter 5 mots par équipe) qu’il liste sur le paper-board. Il n’y a pas forcément de connexion logique entre les mots.

L’organisateur regroupe les mots par groupe (5 mots par équipe) et y associeune équipe.

Pour toutes les équipes, l’objectif est de trouver un produit et une accroche dans le temps imparti (3 minutes) en se basant sur le groupe de mots qu’il leur a été donné.

Au bout du temps imparti, un membre de chaque équipe présente à l’ensemble des participants le produit imaginé. Il doit décliner le nom du produit et l’accroche que son équipe a décidé de « développer ».

Quand tous les produits ont été présentés, intervient le vote pour élire le meilleur produit. L’organisateur note les résultats sur le tableau.

L’organisateur propose alors à tous les participants de se parler avec pour objectif: convaincre  les autres participants de voter pour un produit. On constate assez rapidement que des négociations se mettent en place.

Un deuxième vote a lieu 3 minutes plus tard.

  • Le Bilan

Après le deuxième vote, on peut constater que les négociations collectives ont fait changer la donne. Quand j’ai fait ce jeu, notre produit qui était sorti vainqueur à la suite du premier vote, a subi un vrai revers.

C’est le concept de la start-up, on développe des idées entre nous et après il faut les confronter avec un public. L’ouverture et la confrontation aux autres projets fait évoluer les tendances.

  • Mon retour

J’ai beaucoup aimé ce jeu car il permet aux gens de partager et de communiquer, de faire parler la créativité et de créer de la bonne humeur.

C’est une micro-expérience de startup qui en début de projet, peut aider à créer de la cohésion dans une équipe. Elle permet de montrer qu’une bonne explication de la vision d’un produit permet une meilleure adoption du projet par l’équipe, l’organisation et même les clients. Il faut donc apprendre à partager une vision mais surtout à la confronter aux autres pour qu’elle devienne collective et continue à s’améliorer.

Merci à Matthieu Barbereau (@matbarbereau)pour sa présentation à la Cantine Numérique de Rennes (@LaCNR) le 14 mars 2013 sur le thème des Agiles Games 2013 à Avignon.

Shadok Einstein

« C’est tout pour aujourd’hui et c’est déjà pas mal! »

S.